Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section faune

Sécurité, santé et maladies

Syndrome du museau blanc chez les chauves-souris

Photo : Frédérick Lelièvre

Aidez-nous à protéger les chauves-souris!

Surveillance du syndrome du museau blanc

Le Ministère sollicite la collaboration des citoyens pour suivre l’évolution du syndrome du museau blanc, une infection fongique qui décime les populations de chauves-souris cavernicoles de l’est du continent, y compris celles du Québec.

Les citoyens de la province, particulièrement ceux de la Côte-Nord, du Nord-du-Québec, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, sont invités à signaler les chauves-souris mortes ou volant en plein jour, jusqu’au mois de mai, en composant sans frais le 1 877 346-6763.

Réseau de suivi des colonies de chauves-souris

Afin de mieux connaître l'état des populations de chauves-souris du Québec et d'évaluer les impacts du syndrome du museau blanc, le MDDEFP a établi un nouveau réseau de suivi des colonies de chauves-souris. Le Ministère est intéressé à connaître l’emplacement des maternités de chauves-souris, soit les sites où les femelles se regroupent en colonie pour se reproduire et nourrir leurs jeunes pendant l’été.

Les citoyens qui connaissent un endroit fréquenté par une colonie de chauves-souris durant l’été, comme un chalet, une maison ou une remise, sont invités à remplir le formulaire prévu à cet effet et de l'envoyer à l'adresse indiquée.

Votre implication peut faire une réelle différence pour nous aider à mieux conserver les chauves-souris du Québec!

Depuis l’hiver 2006-2007, la mortalité massive de chauves-souris est observée dans des mines abandonnées et des grottes naturelles situées dans le Nord-Est américain. Les chauves-souris affectées présentent pour la plupart des signes externes particuliers puisque certaines parties du corps, dont principalement le museau, sont recouvertes d’une infection fongique blanchâtre, d’où le nom de « syndrome du museau blanc ».

Malheureusement, ce syndrome encore méconnu connaît une propagation rapide et touche maintenant plus d'une quinzaine d'États dans le Nord-Est américain. Au Canada, les provinces de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick et du Québec sont également atteintes. Le syndrome du museau blanc représente donc un enjeu international majeur pour la conservation des chauves-souris. Il est estimé que plus d’un million de chauves-souris ont succombé à ce syndrome depuis sa découverte, ce qui démontre toute l’ampleur de ce fléau dévastateur.

Qu’est-ce que le syndrome du museau blanc?

Le syndrome du museau blanc (SMB) se caractérise par des mortalités massives de chauves-souris souvent associées à l’observation d’une croissance fongique blanche sur le museau, les oreilles ou la membrane des ailes des chauves-souris touchées par cette affection. De plus, chez les individus affectés, il n’est pas rare de constater une absence ou de faibles réserves de graisse, réserves qui leur permettent normalement de subsister durant l’hibernation jusqu’au printemps. Jusqu’à tout récemment, le mycète qui colonise la peau des chauves-souris était encore inconnu. Toutefois, un groupe d’experts américains a récemment identifié ce mycète en tant que nouvelle espèce de champignon qui porte maintenant le nom de Pseudogymnoascus destructans (Gargas et coll. 2009). Cet organisme, qui prospère généralement dans les milieux froids et humides, peut s’attaquer aux chauves-souris lors de leur hibernation en s’introduisant dans les tissus des animaux, et ce, même si ces derniers sont vivants (Blehert et coll. 2009). Puisque les chauves-souris cavernicoles hibernent dans des endroits favorables à la croissance du mycète et qu’elles doivent également abaisser leur température corporelle afin d’entrer en torpeur pour l’hibernation, elle deviennent alors à la merci du champignon qui pourra ainsi croître sur elles.

Une petite chauve-souris brune affectée par le syndrome du museau blanc. Crédit photo : Frédérick LelièvreMalgré l’identification récente du champignon étroitement associé au syndrome, la cause exacte de la mort n’est pas encore clairement établie. En effet, il reste à déterminer si la croissance de ce mycète pourrait être une conséquence secondaire à un autre facteur encore non identifié, comme la présence d’un autre pathogène (p. ex., virus ou bactérie) ou d’un contaminant affectant possiblement le système immunitaire des chauves-souris, ce qui pourrait favoriser la présence du champignon. Cependant, il semble davantage probable que ce mycète soit en fait un pathogène nouvellement introduit en Amérique du Nord et qu’il soit à l’origine de la mortalité observée. Récemment, des chercheurs européens ont découvert une chauve-souris en France présentant également une infection fongique semblable à celle observée en Amérique du Nord, sans toutefois noter de mortalité massive à l’endroit visité (Puechmaille et coll., sous presse). Des analyses génétiques ont permis d’établir clairement que le champignon observé en France était exactement le même que celui observé aux États-unis. Ce champignon aurait été également observé dans trois autres pays européens, encore une fois sans mortalité massive, ce qui suggère que les chauves-souris européennes pourraient être en mesure de survivre malgré la présence de ce champignon (Stokstad 2010). Depuis sa découverte en Amérique du Nord, ce syndrome fait l’objet d’études approfondies par un groupe de recherche international auquel le Québec participe. Ces études sont menées dans le but de comprendre le mécanisme d’infection et les agents en cause ainsi que de trouver des solutions pour contrer les effets dévastateurs de ce syndrome.

Espèces affectées

La plupart des espèces de chauves-souris nord-américaines peuvent être affectées par le SMB. Cependant, la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus), la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis), la grande chauve-souris brune (Eptesicus fuscus), la Pipistrelle de l'Est (Perimyotis subflavus), ainsi que la chauve-souris de l'Indiana (Myotis sodalis, absente du Québec), ont été particulièrement affectées dans le nord-est des États-Unis et en Ontario. La plupart des espèces touchées par le SMB sont donc insectivores et cavernicoles.

Répartition géographique actuelle

Cliquez sur l'image pour agrandir
Note : Cette carte est mise à jour régulièrement à l'adresse suivante http://www.fws.gov/WhiteNoseSyndrome/.

Le SMB a d'abord été observé chez des chauves-souris mortes et en hibernation dans une grotte près d'Albany, dans l’État de New York, par le New York State Department of Environmental Conservation au cours de l’hiver 2006-2007. Des chauves-souris présentant des signes suspects avaient été observées à cet endroit par des spéléologues l’hiver précédent, ce qui a permis la découverte de ce syndrome en 2007 à la suite de recherches plus approfondies. Depuis mars 2008 et jusqu’à ce jour, des biologistes et des spéléologues ont documenté des milliers de chauves-souris affectées ou mortes du SMB dans un nombre sans cesse croissant de lieux. Cette propagation rapide du syndrome semble malheureusement se maintenir d’année en année, augmentant ainsi la superficie touchée et le nombre de chauves-souris menacées (voir la carte).

Causes possibles de transmission

La vitesse préoccupante à laquelle le SMB s’est répandu indique que ce mycète nouvellement identifié pourrait probablement être une espèce exotique très invasive. Le SMB a d’ailleurs été documenté pour la première fois dans une grotte visitée annuellement par des milliers de touristes provenant de partout dans le monde, ce qui appuierait cette hypothèse. Jusqu’à présent, les déplacements des chauves-souris affectées d’un endroit à l’autre (c.-à-d. le contact entre chauves-souris affectées et non affectées) de même que la visite par les humains de différentes grottes affectées et non affectées seraient les causes les plus probables de sa propagation rapide.

Précautions à prendre afin de minimiser le risque de propagation

La possibilité que les spores du champignon identifié puissent être transportées d’un endroit à un autre par du matériel ou des vêtements contaminés doit être sérieusement considérée. En effet, compte tenu de la gravité de la situation, il est nécessaire de restreindre par tous les moyens possibles ce risque potentiel de propagation sur lequel nous avons un contrôle. Ainsi, pour le moment, le Ministère recommande aux personnes pratiquant des activités de spéléologie d’éviter de visiter des lieux fréquentés par les chauves-souris dans les régions où la présence du syndrome a été confirmée. Pour les endroits à statut inconnu ou incertain, le Ministère recommande de prendre des mesures de décontamination appropriées avant et après chaque visite effectuée. Il est d’ailleurs important de noter que le syndrome peut être présent à un endroit sans que les chauves-souris démontrent nécessairement des signes facilement reconnaissables, ce qui rend plus complexe la détermination du statut d’un endroit. Une fois de plus, il importe de souligner que toutes les précautions sont de mises afin d’éviter d’aggraver la situation.

Nous vous invitons à consulter la carte des zones à risque au Québec ainsi que le Guide des procédures de biosécurité et de décontamination à observer afin de réduire les risques de propagation de ce syndrome par les activités humaines.

  • Mesures de biosécurité et de décontamination applicables aux visites de cavernes, grottes et mines à des fins récréatives, touristiques ou de recherche sur les chiroptères, pour prévenir la transmission du syndrome du museau blanc (format PDF, 72 ko)

Surveillance du SMB au Québec

Gros plan sur la croissance fongique qui se trouve sur le museau de cette petite chauve-souris brune. Crédit photo : Frédérick LelièvreDepuis la découverte de ce syndrome aux États-Unis, le Ministère a été préoccupé par la possibilité que le SMB s’introduise au Québec. Ainsi, aux printemps 2008 et 2009, des mines abandonnées, connues comme étant utilisées par des colonies de chauves-souris pour l’hibernation, ont été inspectées. Ces inspections avaient pour but de vérifier si le syndrome du museau blanc était présent et si de la mortalité massive étaient survenue. Heureusement à l’époque, aucun signe de ce syndrome n’avait été noté dans les cinq endroits inspectés et, de plus, aucune mort suspecte n’avait été rapportée.

En 2010, la situation a malheureusement changé puisque la présence du SMB a été confirmée dans les régions de l'Outaouais et de l'Estrie. Afin de suivre la situation de près, le Ministère compte poursuivre les inspections de différents endroits au cours des prochaines années. Des projets de recherche sur les chauves-souris sont également en cours afin de déterminer l’état de santé des populations de chauves-souris.

Les équipes de biologistes du Ministère sont également en contact régulier avec les spécialistes américains et canadiens afin de suivre l’évolution du syndrome du museau blanc dans le nord-est des États-unis et au Canada. Évidemment, ce problème pourrait avoir des répercussions majeures sur les populations de chiroptères du Québec, tout comme celles observées à ce jour dans les États limitrophes. Puisque les chauves-souris jouent un rôle important au sein des écosystèmes, notamment en contrôlant les populations d’insectes dont certains sont considérés comme nuisibles pour les humains, il importe de tenter de les protéger le mieux possible contre ce fléau. À l’heure actuelle, les moyens sont malheureusement limités pour combattre ce syndrome, mais les recherches en cours et la collaboration internationale permettront peut-être à court ou moyen terme de trouver une solution à ce problème. D’ici là, la collaboration de tous sera plus qu’importante afin de réduire l’impact de ce syndrome et d’aider le Ministère à détecter rapidement de nouveaux endroits touchés.

Le syndrome du museau blanc n’est pas considéré comme une menace pour la santé des citoyens. Par contre, il est important de rappeler qu’il ne faut pas toucher les chauves-souris, puisqu’un faible nombre d’entre elles peut être infecté par le virus de la rage, une maladie mortelle chez l’humain.

En cas de contact avec une chauve-souris, il faut immédiatement laver la peau exposée, durant 10 à 15 minutes, avec de l'eau et du savon. Il faut ensuite contacter rapidement le service Info-Santé, en composant le 811, où des spécialistes pourront évaluer la pertinence d’une vaccination contre la rage.



     
Cliquez sur l'image pour agrandir
Photos : Frédérick Lelièvre

Voir également

Références citées et autres références pertinentes

Blehert, D.S., A.C. Hicks, M. Behr, C.U. Meteyer, B.M. Berlowski-Zier, E.L. Buckles, J.T. Coleman, S.R. Darling, A. Gargas, R. Niver, J.C. Okoniewski, R.J. Rudd, et W.B. Stone, 2009. Bat white-nose syndrome: an emerging fungal pathogen? Science, 323 : 227.

Gargas, A., M.T. Trest, M. Christensen, T.J. Volk, et D.S. Blehert, 2009. Geomyces destructans sp. nov. associated with bat white-nose syndrome. Mycotaxon, 108 : 147-154.

Meteyer, C.U., E.L. Buckles, D.S. Blehert, A.C. Hicks, D.E. Green, V. Shearn-Bochsler, N.J. Thomas, A. Gargas, et M.J. Behr, 2009. Histopathologic criteria to confirm white-nose syndrome in bats. J Vet Diagn Invest, 21 : 411-4.

Puechmaille, S. J., P. Verdeyroux, H. Fuller, M. Ar Gouilh, M. Bekaert, et E. C. Teeling. (sous presse) White-nose syndrome fungus (Geomyces destructans) in bat, France . Emerg. Infect. Dis.

Stokstad, E. 2010. Europe ’s bats resist fungal scourge or North America . Science, 327 : 132.

USFWS. 2009. White-nose syndrome in bats : Frequently asked questions. US Fish & Wildlife Service.

Retour à Sécurité, santé et maladies